Home Releases Management Cyberpage Contacts Online Store!
   
Document sans nom

HISTORY
OFFICE
DISTRIBUTORS
INTERVIEWS

> MUSEA >> MANAGEMENT >> HISTORY

MUSEA had its beginnings in the meeting and merger between its two founder members Francis GROSSE and Bernard GUEFFIER.


ENGLISH VERSION

THE MEETING
The origins of Musea date back from the meeting of Francis GROSSE and Bernard GUEFFIER. In 1981, after the Festival Des Musiques De Traverses in Reims (France), the idea of publishing a book was born. Its goal was to break the blackout the press resreved to new musics and Progressive Rock. Bernard GUEFFIER, one of the founders of the Notes fanzine, convinced his friend Francis GROSSE to join the editorial staff. For many years, during which Bernard GUEFFIER became the Notes editor, both friends dedicated their pens and knowledge to promote all unfashionable musics. A certain dedication was required during the punk and new wave era to dare talk about the names of forgotten "dinosaurs" from the previous decade like YES or GENESIS. Thus, Notes became an institution in the creative music fields, and found a large audience. While writing for the columns of this magazine, the future founders of Musea discovered in one another a common passion: Progressive Rock in general, and French Progressive Rock in particular.

THE DISCOGRAPHY OF FRENCH ROCK
In 1982, Bernard GUEFFIER & Francis GROSSE started a titanic task: the inventory of the whole French discography in the fields of Progressive Rock, new musics, fusion, electronic music, folk music and other unclassifiable styles. It took them two years to complete this collection: in 1984, they published the first edition of "La Discographie Du Rock Français". One can find descriptions of thousands of bands, five thousand references indexed and three hundred covers printed. The public’s answer was enthusiastic. The first edition was self-financed in an original way: nine French artists (TROLL, UPPSALA, ESKATON, Joël DUGRENOT, Serge BRINGOLF, etc...) contributed unreleased tracks for the "Prélude" audio-tape, included as a bonus to all the buyers of the book. In fact, this audio-tape represents Musea's first steps in production. The sales figures were excellent: the authors used the numerous personal contacts they had with all the Progressive Rock fans in France as well as in foreign countries (United States Of America, Japan, Germany...) to achieve an efficient distribution for their work. It quickly went out of print, after having been called the Bible of French Rock by specialized magazines, and having contributed to the reputation of French rock in the world. During the two years of hard work, the authors had the occasion to get in touch with a lot of musicians. That eventually lead them to discover a sad situation: most of the musicians working in these styles had been rejected by a commercial system, only interested in maximum and immediate profit. Self-production was their only solution. Another aspect of the situation then came to light: after reading the book, the Progressive Rock fans were complaining that they couldn't find these albums, which were stagnating at the artist's cellars at the same time ! The connection between both issues was obvious, so that Francis GROSSE & Bernard GUEFFIER decided very quickly to be the missing link between the lack of distribution and the audience’s needs.

THE FOUNDATION
In November 1985, Musea was founded as a non-profit organisation in Dombasle-sur-Meurthe (Close to Nancy, in the north-east of France.). Its first activity consisted in gathering the stock of existing undistributed albums from French Progressive Rock, jazz-rock fusion and new musics artists. The publishing of a catalogue allowed to sell them to private customers as well as to wholesalers, both in France and in foreign countries. Including about one hundred titles then, the Musea catalogue was mainly composed of self-productions that would become collectors' items: DÜN, FALSTAFF, SYNOPSIS, EIDER STELLAIRE, NUANCE, etc. This non-profit business method was important, and deliberately established by the founders, who were aware of the low commercial potential of the musical styles they were concerned with at that time. They didn't see how it would be possible to make benefits, and allow musicians to get back the rewards they deserved for their creativity. Logically, the very low profits from this activity should go to artists, and only an unpaid and unselfish organisation could make this possible. The passion for music, the taste for human contacts and the desire to start were strong enough to get involved in this adventure.

THE PRODUCTION
It has been for several months that the distribution had been active, and the size of its market was getting bigger and bigger. That was the time when Jean-Pascal BOFFO, still a member of TROLL (Zeuhl band that participated in the famous "Prélude" audio-tape), spoke with Musea about his first solo album project. He requested to use the new distribution network for his own piece of work. Together, they decided to enter the production field. The new label started in March of 1986, with the release of "Jeux De Nains" (Reference FGBG 2001). This opus contains fairy climates and childhood’s fragrances, close in style to some works by Steve HACKETT (GENESIS). From that very first release, the Musea label showed a great interest in considering an album as a unit in which the music, the cover art, the concept and the lyrics were part of a cohesive whole, based on aesthetic considerations. The success was immediate, especially in Japan, where the press reviews were very positive. Then the releases followed at an increasingly fast pace: SHUB-NIGGURATH's "Les Morts Vont Vite" (Reference FGBG 2002) and its adventurous music, ELIXIR's "Sabbat" (Reference FGBG 2003) and its Seventies influenced Progressive Rock, then the second Jean-Pascal BOFFO album called "Carillons" (Reference FGBG 2004). Each label founder decided then to release a compilation representing his own musical tastes: for Bernard GUEFFIER, it was the Zeuhl Music scene, inspired by the legendary French band MAGMA. "Ennéade" included then nine artists: Yochk’o SEFFER, François “FATON” CAHEN, Bernard PAGANOTTI, EIDER STELLAIRE, ESKATON, SHUB-NIGGURATH, XALPH and TROLL, as well as MAGMA itself. Francis GROSSE chose the French Progressive Rock scene with "Enchantement": ANGE, ATOLL, PULSAR, EDHELS, ELOHIM, ATMOSPHERE, Jean-Pascal BOFFO, MINIMUM VITAL and RAISON DE PLUS. Very soon, and long before the appearance of the CD format which made it a lucrative venture, Musea decided to reissue works from the past, taken from the oblivion of private collections. The re-release of masterpieces like those of SANDROSE, PULSAR, ARACHNOID, ACYNTIA or SYNOPSIS allowed a great number of people to get important pieces of French Progressive Rock history, without paying collector's prices. This activity allowed Musea to get in touch with most of the major labels (BMG, Sony, Polygram, Universal...), and to prove by its own example that most preconceived ideas about non-profit organisations were wrong.

THE DEVELOPMENT
The following years were dedicated to the improvement of Musea: from one release during the year 1986, the pace picked up to one per week, which is now the current level of output. The founders were quickly helped by a team of Progressive Rock fans, each of them taking charge of the activity which matched his own abilities: accounting, mailing, promotion, writing, etc... Not even counting an endless list of contributors located everywhere in the world (As far as Uzbekistan !), this team of ten active and devoted members is responsible for most of Musea's success. The arrival of Alain ROBERT in 1990 allowed Musea to go a step further into professionalism: he took charge of all the technical aspects (Graphic conception, audio and video works, manufacturing, computerisation...) with such a success that he quickly joined the two founders to form a managing triumvirate. This period was the one of a critical turning point: after having released forty-two vinyl albums (LP & SP), the arrival of the CD format opened up a new era for the Musea label. The traditional vinyl cover offered a sizeable surface, on which the usual Progressive rock graphic aesthetic could be expressed (See works by Roger DEAN, Paul WHITEHEAD or Phil UMBDENSTOCK). The CD box and its reduced surface didn't allow the same possibilities. Far from accepting this step backward, Musea put its "savoir-faire" into a new concept: the booklets will be rich in informations, texts, images and photos. Without worrying about the costs, the label included fancy booklets, sometimes reaching an impressive number of pages. The layout of these booklets needs, especially for reissues, extensive research with artists, producers, managers, journalists or even fans. Rare documents (Photos, concert tickets, posters…) are found and reproduced due to Francis GROSSE's tenacity and his famous Sherlock HOLMES' talents. Similarly, the original master tapes are often restored and released with extra material: recorded but unreleased tracks, singles, live tapes... These reissues allow us to see an impressive number of forgotten masterpieces in their historical context, as well as show Musea's respect for them and their authors. Musea’s omnipresence on the international Progressive Rock scene appeals to bands coming from the four corners of the horizon. After having been mainly focused, from its beginning, to its homeland, the organisation is now opened to the whole wide world. It includes Belgian, Italian, British, Spanish, German, Swedish, Japanese, American or Brazilian artists. The most unlikely countries are to be found here, as Bahrain or Indonesia for example. The many inquiries resulting from the label's fame led it to diversify its activities: artists coming from musical fields that were close to Progressive Rock and shared aesthetic values have asked to use its structure for the release and distribution of their own projects. To maintain its identity without excluding those styles, the label decided to go for a change in creating Musea Parallèle, devoted to jazz-rock fusion. In the same way, Brennus saw the light of day in 1994, led by Alain RICARD and dedicated to French melodic hard-rock. German division Angular specialised in neo Progressive, a musical genre initiated by MARILLION and PENDRAGON at the beginning of the Eighties, that can be regarded as an easier incarnation of GENESIS or CAMEL’s art. Under the direction of Jean-Claude HESSE, Gazul fought for the cause of new musics. Ethnea offers folk-rock and ethnic music releases. Dreaming puts electronic musics in the forefront, those developed by VANGELIS, Klaus SCHULZE or Jean-Michel JARRE. Bluesy Mind represents the blues-rock field, and Great Winds is the follow-up of Musea Parallèle. Rebel Music defends current sophisticated rock, and Musiphyle its Seventies counterpart. Thundering represents extreme heavy-metal, as the name of Brennus Thundering International speaks for itself… Many times, foreign labels have shown interest in Musea's releases, and have gotten licenses to publish certain titles from the catalogue in their own countries, especially South Korea, Japan and Russia. The system also works in the opposite direction, as a lot of Musea releases are in fact licensed by foreign record companies for Europe (Pangea Music, Rock Symphony, Record Heaven, Luna Negra, Poseidon…). The two major examples are “Pigs And Pyramids” (2002), a PINK FLOYD tribute created by Billy SHERWOOD (YES), representing the best ever selling album in CD format for the label to date (About 10000 copies sold). We can also notice the case of “8” (2002), the album that marks the comeback of FOCUS. As for France, it has the privilege to see the PROCOL HARUM Seventies albums reissued in Digipack format (Mini-LP paper sleeve). The dark side of that achievement is that some bootleg versions of Musea albums have been located: plague of modern times or sign of consecration ? Musea developed an exchange system with a lot of foreign labels, which allows them to export part of their production. Musea’s mail-order catalogue now includes more than 10000 titles, and offers a choice of independent productions it is virtually impossible to find elsewhere. This approach has really improved the label’s export. Most of these obscure but captivating productions is available through a mail order catalogue, as well as through an online-store. This activity is particularly interesting for the label, as it allows to stay in direct contact with the Progressive Rock fans, in order to perceive their satisfaction (And sometimes their disapproval !) and to answer all of their questions. The other major change is still going on today: Musea and its structures getting more and more professional. In the second half of the Eighties, Progressive Rock is a source of interest again, and although only relative, it allows some great hopes for the future: Bernard GUEFFIER and Alain ROBERT quit then their job to hire themselves full-time. A part-time accountant is recruited, Nadine LEROY. Thierry PAYA takes charge of the shipments and the invoicing. A bit later, Francis GROSSE decided to leave Musea for personal reasons. Generally speaking, most of Musea’s future employees were volunteers for several years before crossing the line. It means that everyone’s able to fulfill several taks in one working day, even if these are very different from each other. It also explains the endless passion living in them all.

THE DISTRIBUTION
In order to reach the market its releases deserve, Musea has made efforts to set up a vast, efficient and diversified distribution network. If success was obvious in the United States Of America, Japan, Europe and lots of other places in the world, the same cannot be applied in France: it’s well-known that nobody is a prophet in its own country ! The official distributor Media Système International is able to display interesting sales figures, but also suffers from working with such a specific type of music, that is Progressive Rock. Its sudden bankruptcy is a real dilemma for the Musea board: shall we search for a new distributor ? Shall we quit a domestic market renowned to be unfavourable anyway ? And, after all, who else than Musea could distribute Musea… Better than Musea ?!? This simple fact was the starting point of a new adventure: the label courageously set up its own distribution network in the year 2000. A Marketing Director is then hired. Despite Musea’s good will and experience, it is virtually impossible to establish such an enterprise on the one and only domestic catalogue. That’s why the service offer is extended to all current Progressive Rock heavyweights, such as ARENA, CAMEL, PENDRAGON or Steve HACKETT. Left aside by the Media Système International bankruptcy, they accepted immediately. Arnaud FERVEUR is recruited in the year 2001 as Shipment Manager, allowing Thierry PAYA to focus on Invoicing. Long-time volunteer Alain RICARD is recruited as a representative in the region Ile-De-France, by far the most important area of the country with Paris and its suburbs. Still guided by a certain economic realism, the catalogue is much more opened than before, letting room for several musical styles besides the traditional and dominant ones. An attitude that couldn’t be considered opposite to the militant aims of Musea: the money earned is automatically reinvested (Remember that Musea is a non-profit association !), thus allowing most of the Progressive Rock releases to be included in the catalogue. In 2004, in a very difficult economical context, Musea Distribution pursues its mission with courage and passion…

THE PROMOTION
It is well-known that it is pointless to release the world’s greatest piece of work, if no-one knows it exists ! Aware of the importance of communication and the necessity to enlarge its audience, Musea has created a real Press Promotion service. This is shared between Yves JAVIER (Promotion Manager for Musea and associated labels) and Charles ZAMPOL (Promotion Manager for labels distributed in France), both hired in the year 2001. In the case of a standard Musea release, the first pressing includes five-hundred discs, including ten percent for Press Promotion (The most frequent case). Those fifty promotional copies are sent to various major or specialised magazines, fanzines, webzines or newspapers all around the world. As for radios, considering their number and the difficulties to broadcast Progressive Rock, a specific promotional product is reserved for them: the "Un Voyage En Progressif" sampler series. Also available for public sale (5,40 Euros), every volume is published according to a six months gap. As an official distributor, Musea takes care of promotional operations during events such as performances by Bill BRUFORD, Peter HAMMILL, FISH or ARENA in France. The label also books advertisements in the main specialised magazines.

ON STAGE
Musea is aware that the stage life of a Progressive Rock band cannot be separated from its studio recording activities. Besides its contacts with show bookers, the label used to support financially many of its bands' performances during a long period of time. This is virtually impossible now, regarding the current conjuncture. Historically the oldest and most famous Progressive Rock festival, the ProgFest has been helped by Musea from its second edition in 1994. In this occasion, two Musea bands were headliners: HALLOWEEN and MINIMUM VITAL. The event has been recorded for a double-CD release, also available in four separate VHS tapes. This was made again the following year, with the same success. Alternatively located in Los Angeles and San Francisco, the festival eventually disappeared in the year 2000 (A double-CD was issued as a testimony). Many other Progressive Rock festivals exist, in France and in the rest of the world. The ProgFest heritage seems to have been recovered by the BajaProg, the new privileged partner of Musea. Since 1997, this festival takes place in Mexicali, a city close to the United States Of America border, in the middle of the Mexican desert, two hours drive from San Diego. This exceptional event was created by Alfonso VIDALES, keyboards player from CAST, a Progressive Rock band signed by Musea. Let’s also note partnerships with the NEARFest (United States Of America), the Prog’Sud (France) or the Rio ArtRock Festival (Brazil).

THE FUTURE
Today established as one of the most important Progressive Rock labels in the world, Musea made a great contribution in the rebirth of that musical genre. The label was born in the worst period ever, and despite this, succeeded in developing itself, thus achieving its current position. It’s not by chance if Musea is one of the oldest record companies on the international scene, and if its catalogue is, quantitatively speaking, one of the most impressive of the whole microcosm. Lots of challenges are awaiting for Musea. The renewal of its audience is one of them: traditionally made by nostalgics that lived the Seventies in their youth, it has to evolve in the direction of the new generations. Let’s not forget the competition with other record companies, getting harder everyday. Also, the development of the DVD market coincides with the CD crisis. Although being less concerned with the hacking phenomenon than most of its pairs, the label should not neglect the consequences of Internet downloading. Like the others, Musea will have no other choice than adapting itself. Or better, anticipating those changes ! No doubt Musea has the human potential to jump above all the obstacles on its way. The future looks bright for Musea, as the passion that lives in its members is endless…



FRENCH VERSION

LA REUNION
Les origines de Musea remontent à la rencontre de Francis GROSSE et Bernard GUEFFIER. En 1981, après le Festival Des Musiques De Traverses de Reims, naît l’idée de publier un ouvrage. Son but était de combler le silence assourdissant qu’entretenait la presse de l’époque au sujet des musiques nouvelles et du Rock Progressif. Bernard GUEFFIER, l’un des fondateurs du fanzine Notes, persuade alors son ami Francis GROSSE de le rejoindre au sein de l’équipe éditoriale. Pendant de nombreuses années, durant lesquelles Bernard GUEFFIER est finalement devenu président de Notes, les deux amis ont consacré leur stylo et leurs connaissances à la promotion de toutes musiques inconnues du marché. Un certain dévouement était nécessaire durant les années punk et new-wave pour oser prononcer les noms de « dinosaures » oubliés de la décennie précédente, tels que YES ou GENESIS. Contre vents et marées, Notes est devenu une institution dans le milieu des musiques créatives, et a su trouver un public nombreux. Et a force de lire leurs chroniques respectives, les futurs fondateurs de Musea se sont découvert une passion commune: le Rock Progressif en général, et le Rock Progressif français en particulier.

LA DISCOGRAPHIE DU ROCK FRANÇAIS
En 1982, Bernard GUEFFIER & Francis GROSSE entreprirent une tâche titanesque: l’inventaire de toute la production discographique française dans le domaine du Rock Progressif, des musiques nouvelles, du jazz-rock fusion, de la musique folk et d’autres styles inclassables. Il leur a fallu deux ans pour compléter leurs travaux: en 1984, ils publient la première édition de "La Discographie Du Rock Français". On y retrouve les descriptions de centaines de groupes, près de cinq milles titres référencés et trois-cent reproductions de pochettes originales. La réaction face à ce livre a été enthousiaste. La première édition fut autofinancée d’une façon originale: neuf artistes français (TROLL, UPPSALA, ESKATON, Joël DUGRENOT, Serge BRINGOLF, etc.) ont apporté leur pierre à l’édifice en enregistrant des morceaux inédits, destinés à apparaître sur la cassette audio "Prélude" incluse en tant que bonus à l’attention de tous les acheteurs de la discographie. En fait, cette cassette représente les premiers pas de Musea dans la production. Les chiffres de ventes furent excellents: les auteurs ont utilisé les nombreux contacts personnels qu’ils avaient avec tous les amateurs de Rock Progressif en France et à l’étranger (Etats-Unis, Japon, Allemagne…) pour obtenir une distribution efficace de leur travail. L’ouvrage a rapidement été épuisé, après avoir été surnommé la Bible du Rock Français par de nombreux magazines spécialisés, et avoir contribué à la réputation du rock français dans le monde. Pendant leurs vingt-quatre mois de dur labeur, les auteurs ont eu l’occasion de rentrer en contact avec de nombreux musiciens. Cela les a conduit à découvrir une triste situation: la plupart des musiciens travaillant dans ces styles avaient été rejetés par un système purement commercial, uniquement intéressé par le profit maximum et immédiat. L’auto-production était leur seule bouée de sauvetage. Un autre aspect de la situation a été mis en lumière: après avoir lu le livre, les amateurs se plaignaient de ne pas pouvoir trouver ces albums, qui eux s’accumulaient dans les greniers des artistes. La connexion entre ces deux problèmes était évidente, au point que Bernard GUEFFIER et Francis GROSSE décidèrent très rapidement d'être le lien manquant entre le besoin de distribution et la demande du public.

LA FONDATION
En novembre 1985, Musea est fondé en tant qu'association à but non lucratif, et domicilié à Dombasle-Sur-Meurthe (Près de Nancy, dans le nord-est de la France.). Sa première activité consista à rassembler le stock de vinyles existants et non-distribués d'artistes français de Rock Progressif, de Jazz-Rock Fusion et de Musiques Nouvelles. La publication d’un catalogue permit de les proposer à la vente, aussi bien à des particuliers qu'à des grossistes, tant en France qu'à l'étranger. Comprenant à l’époque près d’une centaine de disques, le catalogue Musea était principalement composé d'auto-productions, qui deviendront des articles de collection: DÜN, FALSTAFF, SYNOPSIS, EIDER STELLAIRE, NUANCE, etc. Cette manière de faire des affaires sans chercher le profit était importante et délibérée de la part des fondateurs, conscients qu’ils étaient alors du peu de potentiel commercial des styles musicaux auxquels ils étaient attachés. Ils ne voyaient pas comment il serait possible de faire à la fois des bénéfices, et permettre aux musiciens d'obtenir la récompense qu'ils méritaient pour leur créativité. Logiquement, le très peu de profit généré par cette activité devrait revenir aux artistes, et seule une organisation bénévole et ne cherchant pas à s'enrichir, pouvait rendre cela possible. La passion pour la musique, le goût des contacts humains et le désir de se lancer étaient assez forts pour s'embarquer dans cette aventure.

LA PRODUCTION
Cela faisait plusieurs mois que cette distribution avait commencé, et la taille de son marché ne cessait de croître. C’est à ce moment que l’artiste lorrain Jean-Pascal BOFFO, toujours membre de TROLL (Formation zeuhlienne ayant participé à la fameuse cassette audio "Prélude") vint s’entretenir avec Musea de son premier projet d’album solo. Son objectif était d’utiliser ce nouveau réseau de distribution pour écouler son œuvre. Ensemble, ils décidèrent donc d'entrer de plain-pied dans le domaine de la production. Le nouveau label débuta au mois de mars 1986, avec la publication de "Jeux De Nains" (Référence FGBG 2001). Cet opus contient des climats féériques et des fragrances sorties en droite ligne de l'enfance, dans un style proche de celui de certains travaux de Steve HACKETT (GENESIS). Depuis cette première publication, le label Musea a montré un grand intérêt à considérer un album comme une unité dans laquelle la musique, la pochette, le concept et les paroles faisaient partie d'un tout cohérent, essentiellement basé sur des considérations esthétiques. Le succès a été immédiat, en particulier au Japon, où les commentaires de la presse furent très positifs. Puis les sorties se suivirent à grande vitesse: "Les Morts Vont Vite" de SHUB-NIGGURATH (Référence FGBG 2002) et sa musique aventureuse, "Sabbat" de ELIXIR (Référence FGBG 2003) et ses délicieuses influences héritées des Seventies, puis le second album de Jean Pascal BOFFO intitulé "Carillons" (Référence FGBG 2004). Chaque fondateur du label décida ensuite de publier une compilation représentant son style musical de prédilection: pour Bernard GUEFFIER, ce fut la Zeuhl Music, inspirée par le légendaire groupe français MAGMA. "Ennéade" incluait alors neuf artistes: Yochk’o SEFFER, François "FATON" CAHEN, Bernard PAGANOTTI, EIDER STELLAIRE, ESKATON, SHUB-NIGGURATH, XALPH et TROLL, ainsi que MAGMA lui-même. Francis GROSSE choisit quant à lui le rock Progressif français avec "Enchantement": ANGE, ATOLL, PULSAR, EDHELS, ELOHIM, ATMOSPHERE, Jean-Pascal BOFFO, MINIMUM VITAL et RAISON DE PLUS. Rapidement, et longtemps avant l'apparition du format CD qui en a fait une aventure lucrative, Musea décida de ressortir les chef-d’œuvres du passé, en les exhumant de l'oubli des collections privées. La publication d’albums légendaires comme ceux de SANDROSE, PULSAR, ATOLL, MONA LISA, ASIA MINOR, ARACHNOID, ACYNTIA ou SYNOPSIS ont permis à un grand nombre d’amateurs d'acquérir des pans entiers de l'histoire du Rock Progressif français, sans avoir à débourser les sommes folles que devaient alors payer les collectionneurs. Cette activité a permis à Musea de rentrer en contact avec la plupart des labels les plus importants du marché (BMG, Sony, Polygram, Universal...), et de prouver par son propre exemple que la plupart des idées préconçues à propos des organisations à but non-lucratif étaient fausses.

LE DEVELOPPEMENT
Les années suivantes ont été dédiées à l'amélioration de Musea: d'une publication lors de l’année 1986, le nombre est progressivement passé à une par semaine, ce qui correspond à la vitesse de production actuelle. Les fondateurs ont rapidement reçu le renfort d’une véritable équipe de fans de Rock Progressif, chacun d'entre eux prenant en charge l'activité qui correspondait à sa propre compétence: la comptabilité, l'expédition, la promotion, la correspondance... Outre une foule de contributeurs répartis un peu partout dans le monde (Jusqu’en Ouzbekistan !), cette équipe de dix membres actifs et dévoués est responsable en très grande partie du succès de Musea. L'arrivée d'Alain ROBERT en 1990 a permis à Musea de faire un pas de plus vers le professionnalisme: il prend en charge tout l'aspect technique (La conception graphique, les travaux audio et video, la production, l'informatisation...) avec un tel succès qu'il se joint très vite aux deux fondateurs. La gestion de Musea est désormais assurée par un trio. Cette période a été celle d’une transition critique: après que quarante-deux vinyles (LP & SP) aient été publiés par Musea, l'arrivée du format CD a ouvert une nouvelle ère pour le label. La pochette vinyle traditionnelle offrait une surface assez grande, sur laquelle l'esthétique graphique du Rock Progressif pouvait s’exprimer à plein (Voir les travaux Roger DEAN, Paul WHITEHEAD ou Phil UMBDENSTOCK). Le boîtier CD plastique et sa surface réduite n'offraient pas les mêmes possibilités. Loin d'accepter ce pas en arrière, Musea a mis son savoir-faire dans un nouveau concept: le livret se révèle riche en informations, textes, images et photos. Sans s'inquiéter des coûts, le label intégra de nombreux documents à ses livrets, ceux-ci atteignant parfois un très grand nombre de pages. La création de ces petits fascicules nécessite, particulièrement pour les rééditions, une recherche extensive avec des artistes, des producteurs, des managers, des journalistes et même des fans. Des documents rares (Photos, billets de concerts, posters…) sont trouvés et reproduits grâce à la ténacité de Francis GROSSE et ses talents reconnus de Sherlock HOLMES. De la même manière, de nombreux titres bonus sont adjoints aux rééditions, qu’ils soient inédits ou en concert. Ce qui nous permet de redécouvrir une quantité impressionnante d’œuvres oubliées dans leur contexte historique, et de voir le respect de Musea pour eux et leurs auteurs. L’omniprésence de Musea sur la scène internationale du Rock Progressif attire des groupes venant des quatre coins de l’horizon. Après avoir été principalement orientée, dès ses débuts, vers sa contrée d’origine, l’association est maintenant ouverte au monde entier. Elle comprend parmi ses publications des artistes belges, italiens, britanniques, espagnols, allemands, suédois, nippons, étasuniens, brésiliens… Les nations les plus exotiques s’y côtoient, à commencer par le Barhein ou l’Indonésie. Les nombreuses enquêtes résultants de la renommée de Musea ont conduit à diversifier ses activités: des artistes ne produisant pas de Rock Progressif mais partageaient certaines valeurs esthétiques ont demandé à utiliser sa structure pour la publication et la distribution de leurs propres projets. Afin de maintenir son identité sans exclure ces styles, le label décide de se dédoubler en créant Musea Parallèle, dédié à la musique jazz-rock fusion. De la même manière, Brennus naît en 1994 de la volonté d’Alain RICARD, et se voue corps et âme à la cause du heavy-metal mélodique français. La division allemande Angular se spécialise dans le neo Progressif, un genre musical initié par MARILLION et PENDRAGON au début des années quatre-vingts, qui peut être vu comme une version simplifiée de l’art de GENESIS ou CAMEL. Sous la houlette de Jean-Claude HESSE, Gazul défend les musiques nouvelles. Ethnea propose des albums de folk-rock et de musiques ethniques. Dreaming met en avant les musiques électroniques, celles mises en exergue par VANGELIS, Klaus SCHULZE ou Jean-Michel JARRE. Bluesy Mind représente le courant blues-rock, alors que Great Winds prolonge la démarche de Musea Parallèle. Rebel Music se veut le chantre d’un rock sophistiqué actuel, et Musiphyle de son versant Seventies. Thundering représente le heavy-metal extrême, alors que le nom de Brennus Thundering International parle de lui-même… De nombreux labels étrangers ont montré de l'intérêt pour la publication d’œuvres du label Musea, qui leur a en retour concédé des licences pour publier certains titres du catalogue dans leur propre pays. Ceci est particulièrement vrai en Corée du Sud, au Japon et en Russie. Le système fonctionne d’ailleurs dans les deux sens, puisque de nombreuses publications Musea sont en fait licenciées par des compagnies étrangères pour l’Europe (Pangea Music, Rock Symphony, Record Heaven, Luna Negra, Poseidon…). Les deux exemples les plus marquants sont "Pigs And Pyramids" (2002), un hommage à PINK FLOYD réalisé par Billy SHERWOOD (YES), et qui constitue à ce jour la meilleure vente du label au format CD (Près de 10000 unités écoulées). L’on peut aussi noter le cas de "8" (2002), l’album qui marque le retour de FOCUS. Quant à la France, elle possède la primeur des rééditions au format Digipack (Imitation des pochettes vinyles d’antan) des album Seventies de PROCOL HARUM. Rançon de la gloire, certaines contrefaçons d’albums Musea fleurissent un peu partout: fléau des temps modernes ou signe de consécration ? Musea a développé un système d'échange avec beaucoup de labels étrangers, ce qui leur permet d'exporter une partie de leur production. Le catalogue de vente par correspondance de Musea comprend maintenant plus de 10000 titres, et offre un choix de productions indépendantes qu'il est souvent impossible de trouver ailleurs. Cette approche a nettement amélioré l'exportation du label. La plupart de ces obscures mais ô combien passionnantes productions est disponible à travers un catalogue de vente par correspondance, ainsi que par l’intermédiaire d’une boutique sur Internet. Cette activité est particulièrement intéressante pour le label car elle permet de rester en contact direct avec les fans, de percevoir leur satisfaction (Parfois leur insatisfaction !) et de répondre à toutes leurs questions. L’autre transition majeure se poursuit encore de nos jours: la professionnalisation de Musea et de ses structures. Dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, le rock Progressif connaît un regain d’intérêt qui, s’il est à relativiser, permet de belles perspectives d’avenir: Bernard GUEFFIER et Alain ROBERT quittent alors leur métier pour se salarier à plein temps. Puis vint l’embauche d’une comptable à temps partiel, Nadine LEROY. Thierry PAYA est quant à lui chargé des expéditions et de la facturation. Peu de temps après, Francis GROSSE décide de quitter Musea pour des raisons personnelles. Plus généralement, la plupart des futurs employés de Musea ont été bénévoles de nombreuses années avant de franchir le pas. Ce qui leur confère une polyvalence remarquable (Chaque employé possède plusieurs attributions bien différentes les unes des autres) et une passion indéfectible.

LA DISTRIBUTION
Afin d'atteindre le marché que ses publications méritent, Musea a fait des efforts considérables pour établir un réseau de distribution vaste, efficace et diversifié. Si le succès est au rendez-vous aux Etats-Unis, au Japon, en Europe et un peu partout dans le monde, il n’en est malheureusement pas de même en France: il est bien connu que nul n’est prophète en son pays ! Le distributeur officiel Media Système International réalise certes des chiffres de vente corrects, mais connaît certaines difficultés à travailler un style musical aussi particulier que le rock Progressif. Sa faillite soudaine pose un véritable dilemme aux dirigeants de Musea: faut-il rechercher un autre distributeur ? Faut-il abandonner un marché domestique que tout le monde sait foncièrement défavorable ? Et puis, au bout du compte, qui mieux que Musea pourrait distribuer Musea… Si ce n’est Musea ?!? Partant de ce constat fort simple, le label lance courageusement son propre réseau de distribution française en l’an 2000. Un Directeur du Marketing est alors recruté. Malgré toute la bonne volonté et le savoir-faire de Musea, il est virtuellement impossible de baser une telle structure sur le seul catalogue des productions maison. C’est pourquoi la prestation de services est étendue à la plupart des poids-lourds du Rock Progressif actuel que sont ARENA, CAMEL, PENDRAGON ou Steve HACKETT. Laissés eux-aussi sur le carreau par la disparition de Media Système International, ceux-ci acceptent sans difficulté. Arnaud FERVEUR est recruté en l’an 2001 au poste de Responsable des Expéditions, ce qui permet à Thierry PAYA de se concentrer plus largement sur la Facturation. Bénévole de la première heure, Alain RICARD est embauché comme représentant en Ile-de-France, de loin la zone la plus importante du pays avec Paris et sa banlieue. Toujours dans un souci de réalisme économique, le catalogue s’ouvre un peu plus largement, et laisse place à de nombreux styles musicaux en marge des courants traditionnels et dominants. Une attitude nullement contradictoire avec les aspirations militantes de Musea, puisque les revenus générés ainsi sont immédiatement réinvestis (Statut associatif oblige !), et permettent aujourd’hui qu’une grande majorité des parutions en matière de Rock Progressif figurent à son catalogue. En 2004, dans un contexte économique particulièrement difficile, Musea Distribution poursuit sa mission avec foi et acharnement…

LA PROMOTION
Il est tout à fait vain de vouloir publier la plus belle œuvre d'art au monde, si personne ne connaît son existence ! Conscient de l'importance de la communication et de la nécessité d'élargir son public, Musea a créé un véritable service Promotion Presse. Bicéphale, celui-ci est partagé entre Yves JAVIER (Responsable de la Promotion Musea et labels associés) et Charles ZAMPOL (Responsable de la Promotion des labels distribués en France), tous deux embauchés en l’an 2001. Dans le cas d’une sortie Musea type, le premier pressage comprend cinq-cent disques, dont dix pour cent sont consacrés à la Promotion Presse (Cas le plus général). Ce qui donne une cinquantaine d’exemplaires promotionnels, envoyés à divers magazines généralistes ou spécialisés, fanzines, webzines ou journaux à travers le monde. Quant aux radios, étant donné leur grand nombre et la difficulté à diffuser du Rock Progressif sur les ondes, un produit promotionnel spécifique leur est réservé: la série des compilations "Un Voyage En Progressif". Egalement disponible à la vente pour la modique somme de 5,40 Euros, chaque volume paraît à intervalle de six mois. En tant que distributeur officiel, Musea organise des opérations promotionnelles lors d’événements comme la venue de Bill BRUFORD, Peter HAMMILL, FISH ou ARENA en France. Le label achète également des espaces publicitaires dans les grands magazines spécialisés.

SUR SCENE
Musea est parfaitement conscient que, pour une formation de Rock Progressif, l’activité scénique est souvent indissociable de l’activité discographique. Outre ses contacts avec les organisateurs de concerts, l’association a longtemps soutenu financièrement de nombreux artistes lors de leurs déplacements. Une chose qui est malheureusement devenu impossible, au vu de la conjoncture actuelle. Historiquement le plus ancien et le plus connu des festivals de Rock Progressif, le ProgFest a été soutenu par Musea dès sa seconde édition en 1994. Ce qui nous vaudra la participation en tête d’affiche de MINIMUM VITAL et HALLOWEEN, ainsi que la publication d’un double-album retraçant l’événement (Egalement disponible en quatre cassettes VHS). L’opération fut reconduite avec le même succès pour l’édition suivante. Alternativement organisé à Los Angeles et San Francisco, le festival étasunien devait malheureusement disparaître en l'an 2000 (Un double-CD témoignage est disponible chez Musea). Beaucoup d'autres festivals de ce genre existent, en France et à l’étranger. Le flambeau du ProgFest semble avoir été repris par le BajaProg, nouveau partenaire privilégié de Musea. Depuis 1997, ce festival est organisé à Mexicali, ville-frontière installée au beau milieu du désert mexicain, à deux heures de route de San Diego. L’on doit cet événement exceptionnel à Alfonso VIDALES, claviériste de CAST, un éminent groupe de Rock Progressif signé par Musea. Notons également les partenariats existant avec le NEARFest (Etats-Unis), le Prog’Sud (France) ou le Rio ArtRock Festival (Brésil).

L’AVENIR
Désormais établi comme l’un des plus importants labels de Rock Progressif au monde, Musea a grandement participé à la renaissance de ce style musical. L’association est née dans la période la plus défavorable qui soit, et a pourtant réussi à se développer jusqu’à atteindre la position qui est la sienne aujourd’hui. Ce n’est certes pas un hasard si Musea est l’un des plus anciens acteurs sur la scène internationale, et si son catalogue est quantitativement l’un des plus impressionnants de tout le microcosme. De nombreux défis se présentent néanmoins à Musea, à commencer par le renouvellement de son public: traditionnellement constitué par les nostalgiques ayant connu les années soixante-dix dans leur jeunesse, celui-ci se doit d’évoluer en direction des nouvelles générations. N’oublions pas non-plus une concurrence de plus en plus affûtée. Par ailleurs, le développement du marché du DVD musical coïncide avec la crise du CD. Bien que moins touché par le phénomène du piratage que la moyenne, le label ne devra pas négliger les conséquences du téléchargement par Internet. Comme les autres, Musea n’aura d’autre choix que de s’adapter. Mieux encore, d’anticiper ces changements ! Nul doute que Musea possède les capacités humaines pour surmonter tous les obstacles qui se présenteront à lui. L'avenir est prometteur pour Musea, car la passion qui est ancrée en ses membres est infinie...