KOTEBEL - Cosmology

ArtisteTitreFormatDuréeDate d'enregistrementPrixAjouter dans mon caddie
KOTEBELCosmologyCD00:00:00201714,99 Ajouter dans mon caddie
LangueRéférence OrigineRéférence MuseaCode barre
InstrumentalFGBG 4986FGBG 49863426300049865

Le projet instrumental espagnol KOTEBEL s'attache à produire des travaux élaborés aux harmonies complexes et aux structures mélodiques et rythmiques fort agréables. Ces éléments sont créés de la rencontre des mondes du rock Progressif et de la musique classique. Comme le signifie le titre de ce premier album, "Structures" prépare le canevas de chefs-d'oeuvres à venir. Sept pièces indépendantes explorent différents styles au sein du rock Progressif, basées sur l'usage intensif des claviers et de la flûte. L'ensemble peut être comparé à PREMIATA FORNERIA MARCONI, Tony BANKS, THE ENID ou aux premiers albums de GENESIS, tout en gardant une originalité et une fraîcheur qui en font l'une des formation essentielles de la scène actuelle. Publié sur le label Musea, "Mysticae Visiones" (2001) est un concept-album basé sur la représentation musicale d'une série de concepts métaphysiques, parmis lesquels la naissance et la mort. La première pièce (35 minutes) est une suite qui intègre différents styles de rock Progressif avec des éléments de la musique classique (Période impressioniste) et bien d'autres styles. Le deuxième morceau, "The River" (15 minutes), basé sur un fragment du livre "Siddhartha" (Hermann HESSE), mélange des styles orientaux avec le rock symphonique. Grace à la chanteuse, aux passages jazz-rock et à la flûte dans le style de Airto MOREIRA, plusieurs séquences de cet album pourraient avoir été jouées par Chick COREA durant les années soixante-dix. Fort d'une culture musicale énorme, le claviériste Carlos PLAZA crée des symphonies rock aux mélodies et aux harmonies inhabituelles, pleines d'une dimension spirituelle évidente, qui repoussent les frontières des musiques contemporaines. Après un remarquable "Fragments Of Light" (2003), "Omphalos" (2006) marque le retour de KOTEBEL sur le devant de la scène. Ce cinquième opus inclut une suite de 30 minutes, et est construit autour de claviers majestueux, d'un chant soprano classique, de parties de flûte aériennes et de guitares étonnantes d'éclectisme, sorte de mélange fort réussi entre les jeux d'Allan HOLDSWORTH, Steve HOWE et Steve HACKETT. Musique classique, jazz et rock Progressif sont inextricablement mêlés dans cette symphonie moderne brillante. Voici incontestablement l'un des albums essentiels de l'année ! "Ouroboros" (Musea, 2009) offre six pièces instrumentales (Plus la suite "Mysticae Visiones" en concert en guise de bonus), dans lesquelles guitares et claviers sont également présents, avec une prédominance de rythmes syncopés qui ne vont pas sans évoquer GENTLE GIANT. Comme d'autres groupes Musea par le passé (HECENIA, PRIAM...), KOTEBEL réussit la gageure d'être à la fois mélodique, ambitieux, symphonique et expérimental, tout en restant accessible. Parfaitement produit (Quel son !), "Ouroboros" est un chef-d'oeuvre, ce qui est tout sauf une surprise, venant d'un groupe qui les enchaîne depuis ses débuts ! Outre le fait de dévoiler une musique tout simplement splendide, le nouvel opus "Concerto For Piano And Electric Ensemble" (Musea, 2012) propose en bonus le making-of de l'oeuvre sur un DVD-vidéo. De quoi apprécier plus encore la quintessence de KOTEBEL ! Le projet instrumental espagnol KOTEBEL s'attache à produire des travaux élaborés aux harmonies complexes et aux structures mélodiques et rythmiques fort agréables. Ces éléments sont créés de la rencontre des mondes du rock Progressif et de la musique classique. Fort d'une culture musicale énorme, le claviériste Carlos PLAZA crée des symphonies rock aux mélodies et aux harmonies inhabituelles, pleines d'une dimension spirituelle évidente, qui repoussent les frontières des musiques contemporaine, basées sur l'usage intensif des claviers et de la flûte. L'ensemble peut être comparé à PREMIATA FORNERIA MARCONI, Tony BANKS, THE ENID ou aux premiers albums de GENESIS, tout en gardant une originalité et une fraîcheur qui en font l'une des formation essentielles de la scène actuelle. "Cosmology" (Musea, 2017) est essentiellement constitué de la suite éponyme, une oeuvre ambitieuse basée sur la représentation musicale de quatre conceptions du Cosmos: "Geocentric Universe" (L'Univers centré autour de l'Homme et de sa représentation de Dieu), "Mechanical Universe" (La mécanique de l'Univers), "Entangled Universe" (L'Univers connecté) et "Oneness" (Nous sommes tous Un). En plus du titre "Mishima's Dream" écrit par Cesar G. FORERO, l'album inclut également une version remasterisée de la pièce "Canto XXVIII", qu'il avait originellement écrit pour le projet "Dante's Divine Comedy - Paradiso - Part One" (Musea, 2010). A ne surtout pas manquer !